Envoi 9 Dalat-suite et Nha Trang

dalat 2, 24/12/08 tour en moto

Ce matin,alors que je m’informais sur le voyage de retour à Nha Trang, un « easy rider », sorte de motard qui promène les touristes dans les environs de Dalat, me propose une excursion sur mesure. Le prix est correct et les points à visiter m’intéressent. Alors, j’y vais!

On visite d’abord le palais d’été (plutôt: un des…) de Bao Dai, dernier roi du Vietnam. De 1933, il est en style « art déco » presque pur. Il est placé sur une colline, boisée de pins.

salon

salon

une cuisine moderne (pour l'époque)

une cuisine moderne (pour l'époque)

Notre chemin passe par le lac Quang Trung, sans intérêt spécial, c’est un réservoir artificiel dans un environnement agréable. Son attrait est un téléphérique procurant de belles photos de souvenir.

On n’est pas loin du temple de méditation Truc Lam. C’est un ensemble de bâtiments dont la qualité reflète les énormes sommes contribuées par les particuliers. Moi, je n’ai pas encore vu des moines boudhistes en bonnet de ski

il fait frais ici-haut

il fait frais ici-haut

En continuant, je vais tout de même voir une des nombreuses chutes de la région: les chutes de Datanla.

La descente est éprouvante, très raide, et au fur et à mesure de la descente, la température grimpe. En bas, on est bien content de la brume rafraîchissante des chutes.

les chutes

les chutes

La montée, franchement, je me sentais pas d’attaque de la faire à pied. Je prends donc le « rollercoaster, une espèce de combinaison de luge et de wagonnet de montagne russe, tiré par un câble semblable au système des « cable cars » de San Francisco. Ouf, c’est déjà ça!

Il est temps de se rapprocher de nouveau de la ville. En chemin, on s’arrête dans un vieux temple chinois. Jadis entièrement en bois, Il a été restauré en « dur ». Il reste un beau groupe de trois bouddhas en bois (santal) polychrome.

trois Bouddhas

trois Bouddhas

On traverse la ville pour visiter le musée. Il est fermé pour cause de pause de déjeuner. Dommage, le guide dit qu’il est intéressant.

Cela me donne l’idée d’inviter mon sympathique conducteur à se restaurer quelque part. Bien sûr, il connaît un « ptit resto » simple qui sert de délicieuses côtes de porc grillées avec du riz et des légumes sautées.

Maintenant, on se sent d’attaque pour la visite du jardin de fleurs, à côté du lac central de Dalat (longueur 3 km). Il est tout simplement splendide, renommée oblige: Dalat est la ville des fleurs. Hélas, la collection des orchidées est fermée, elles aussi sont parties déjeûner…

Que cela ne tienne, on part pour le temple du dragon. Ce dragon est vraiment imposant, je n’ai pas le reculement nécessaire pour le photographier en entier.

dragon-3

Voilà, le tour est fini et mon pilote me dépose à l’hôtel. Je me donne deux heures avant d’explorer encore les recoins du marché central – pas sans m’offrir de ces choux à la crème dont j’avais bien repéré le stand.

Ce soir, le 24, tout le monde est invité à la grande soirée organisée par la dynamique propriétaire du « Dreams ».

Comme déjà pour le petit déjeuner, pour lequel il ne reste à peine la place pour les assiettes, tant il y a de pain, charcuterie, oeufs, beurre, confiture et fruits, la grande table croule sous le poids des nems, rouleaux impériaux, poulets rôties, côtes de porc et j’en passe.

On boit du vin de Dalat, qui n’est pas mauvais du tout.

Le tout se termine avec une gigantesque bûche de noël. Très belle soirée très internationale.

Le lendemain, je ne fais pas grand chose – histoire de récupérer.

Je repars vers Nha Trang le 26 dans un vieux bus Hyundai avec une suspension bien fatiguée, si toutefois il en a jamais eu…

Je jette un dernier regard sur cette belle région avant de regagner la plaine avec ses rizières.

dernier regard sur la vallée...

dernier regard sur la vallée...

Nha Trang est pluvieux. Je me fais saucer tous les jours. Pas question de louer une moto pour explorer les environs.

A la place, on se donne des rendez-vous « bistrot ». Je préférerais explorer un peu les environs non touchés par les affaires/tourisme de la ville.

Surtout, maintenant que l’optique du Pentax est réparée et je comptais faire des essais si seulement le temps le permetttait.

A la place j’ai acheté un poncho étanche. J’aurais dû acheter également des bottes en caoutchouc: tout était inondé.

Puisqu’on a prévu de fêter la Ste.-Sylvestre ensemble, je prendrai le train pour Saigon le 1er janvier puis je changerai de scène et continuerai mes tribulations en Thailande. Je pense ne pas être mécontent de quitter Nha Trang: le temps est vraiment trop pourri! Il faut dire, toutefois que ce temps, causé par une dépression aux Philippines, est tout a fait inhabituel…

Le prochain envoi de mes nouvelles sera donc depuis la Thailande sous des cieux plus cléments….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :